Blog Voyage Scandinavie > Islande > Les Aurores Boréales en Islande

Les Aurores Boréales en Islande

L’aurore polaire est un phénomène énergétique produit dans l’ionosphère qui s’observe sous forme de lumière. Elle se produit principalement dans les régions polaires de la terre, en raison de l’interaction des vents solaires avec le champ magnétique terrestre. Dans l’hémisphère nord, elle est appelée aurore boréale et dans le sud aurore australe.

En raison de l’activité qui se déroule à l’intérieur du soleil, celui-ci émet des particules hautement énergétiques et qui en plus possèdent une charge électrique. Lorsqu’un nuage de ces ions, appelé « plasma », est éjecté par le soleil, il faut environ deux jours pour atteindre la terre.
Le vent solaire

Ce flux de plasma provenant du soleil est appelé « vent solaire ». Lorsque le vent solaire est dévié par le champ magnétique qui protège la terre, certaines particules y sont piégées et sont transportées le long des lignes de champ vers les pôles. La collision de ces particules avec les atomes et les molécules présents dans l’atmosphère entraîne des états d’énergie excités qui, après un temps infinitésimal, reviennent à leur état initial et restituent l’énergie accumulée sous forme de lumière. Les aurores se produisent dans l’ionosphère (60-100 km de la surface de la terre), où l’atmosphère commence à être suffisamment dense pour que les collisions soient importantes, et où les atomes et les molécules ont leur niveau d’énergie le plus bas.

Le vent solaire produit plus de 100 000 mégawatts lorsqu’une aurore est générée, c’est pourquoi il peut causer des interférences avec les lignes électriques, les émissions de radio et de télévision et les communications par satellite.

Les couleurs des aurores boréales

Les différentes couleurs des aurores dépendent de la particule qui a été excitée et du niveau d’énergie atteint. L’oxygène produit les couleurs primaires des aurores, le vert et le jaune, qui sont les plus fréquentes, ou le rouge. L’azote est responsable des lumières bleues, tandis que l’hélium produit des lumières rouges/violettes sur les bords inférieurs de l’aurore.

Le mouvement et la vibration des aurores sont dus à la variation de l’interaction entre le vent solaire, qui n’est pas constant, et le champ magnétique terrestre.

Le meilleur moment pour voir les aurores boréales en Islande

Comme il s’agit d’un phénomène lumineux très subtil, l’obscurité est nécessaire. Les meilleurs mois pour l’apprécier sont donc ceux qui se situent entre octobre et mars, bien que cette plage puisse être étendue si les températures sont suffisamment basses. Les meilleurs mois sont janvier et février, car les températures sont plus basses et les heures d’obscurité plus nombreuses.

Les zones où l’on peut le plus souvent observer des aurores correspondent à deux anneaux déformés dont le centre est situé aux pôles magnétiques (qui ne correspondent pas aux pôles géographiques). Dans l’hémisphère nord, cette bande traverse l’Alaska, le nord du Canada, le sud du Groenland, l’Islande, le nord de la Norvège et la Russie. Dans ces régions, la fréquence des aurores est d’environ 240 nuits par an.

Bien que la connaissance du Soleil soit limitée et basée sur des données statistiques, nous savons qu’il a des cycles d’activité allant de 9 à 13 ans, avec des vallées et des pics d’activité. En 2008, le minimum solaire a été exceptionnellement bas dans le cycle, pour atteindre son maximum en 2014. Un record historique d’activité solaire a été atteint en 1859 avec une tempête solaire connue sous le nom de « Carrington », qui a électrifié les câbles de transmission, provoqué des incendies dans les bureaux de télégraphe et produit des aurores boréales d’une luminosité extraordinaire. En 2005, une tempête solaire inhabituelle s’est produite pendant une période de creux, entraînant des aurores boréales qui ont pu être observées en Arizona.

Phases des aurores boréales

L’aube commence généralement par l’apparition dans le ciel du nord d’un arc de lumière (semblable à un nuage allongé), dans une direction est-ouest, vers minuit. Cet arc reste généralement stationnaire pendant un certain temps et finit par disparaître sans autre effet. Si l’activité augmente, le phénomène entre dans la phase d’arc actif. Le bord inférieur devient plus fin et se déplace vers le sud. En même temps, l’arc se brise en faisceaux de rayons parallèles qui s’étendent vers le haut. Si le phénomène continue à gagner en intensité, la troisième phase, la couronne sonore, commence. C’est le moment le plus spectaculaire, lorsque l’aurore commence à se déplacer comme un rideau, produisant des formes circulaires, semblables à une couronne, vers lesquelles convergent les faisceaux lumineux. Parfois, le rideau fond et se transforme en un éventail de lumière qui couvre le ciel ou qui déclenche des impulsions rapides qui émettent des faisceaux de lumière en cascade.

Croyances sur les aurores boréales

Tous les peuples qui habitent les régions où le phénomène se produit (Scandinaves, Inuits, tribus sibériennes, Lapons, Mongols, Indiens d’Amérique, etc.) ont des croyances qui font partie de leur folklore et de leur mythologie liés à l’origine de l’aurore ou des aurores boréales.

  • Le nom finlandais de revontulet est associé au renard arctique. Selon un conte populaire, un renard courant dans le grand nord a soulevé la neige avec ses pattes ; cette neige aérée s’est élevée dans le ciel et a causé les aurores boréales.
  • D’autres légendes finlandaises et estoniennes incluent dans leurs explications de l’origine des aurores le jet d’eau émis par les baleines. De nombreuses explications soutiennent que l’origine des aurores boréales se trouve dans la lumière réfléchie par les icebergs, les harengs de l’océan Arctique, les geysers d’Islande ou le volcan Heckla.
  • Dans certaines parties de la Laponie, les habitants considèrent les aurores boréales comme l’équivalent hivernal des orages d’été, pensant souvent que les aurores boréales sont un présage de guerre.
  • Les Inuits de la région de la baie d’Hudson croyaient que les esprits qui avaient connu une mort violente étaient guidés par les torches que les corbeaux tenaient sur leur bec. Ce chemin illuminé qui guidait le passage des morts est ce qui allait former les aurores boréales.
  • Les Inuits de la côte ouest du Groenland croyaient que les âmes des morts soit pénétraient la terre, soit étaient submergées dans l’océan, soit montaient au ciel. Les âmes qui décidaient de prendre le chemin du ciel pouvaient être vues la nuit en train de jouer au football avec un crâne de morse.
  • Le mot inuit aksarnirq peut être traduit par « joueur de balle ». Certains Groenlandais affirment que l’aube produit des sons provoqués par le passage des âmes sur des tas de neige gelée.
  • Les Esquimaux de l’extrême nord du Canada croyaient que les aurores boréales avaient été créées par des esprits qui, enveloppés d’une lumière mystique, se divertissaient au coucher du soleil ; en fait, les aurores boréales qui se déplacent rapidement sont connues comme la « danse de la mort ».
  • Dans le folklore des Inuits de l’est du Groenland, l’aurore est l’âme d’un nouveau-né qui a été tué ou qui est mort-né. Les aurores boréales peuvent être appelées alugsukat, ce qui signifie « naissance secrète ».
  • De nombreux Esquimaux croyaient pouvoir entendre le son de l’aurore. Ils imitaient le son en sifflant, afin de pouvoir faire approcher l’aurore d’eux pour chuchoter des messages qui seraient envoyés aux morts.
  • Habituellement, les Inuits n’avaient pas peur des aurores, mais ils portaient un couteau au cas où.
  • Les Indiens Fox Amrimen avaient peur des aurores boréales car ils croyaient être les âmes des ennemis qu’ils avaient tués.
  • Les Indiens Mandans voyaient les aurores comme des feux dans lesquels les grands chamans et les soldats des terres du nord cuisaient leurs ennemis morts dans d’énormes chaudrons.
  • Les Indiens Manomini ont soutenu que l’origine des aurores boréales se trouvait dans l’activité d’un gentil géant qui avait l’habitude de pêcher dans la mer du Nord en utilisant le feu pour s’éclairer.
  • En Scandinavie, les Vikings avaient une riche collection de légendes, dont certaines étaient associées à la belle déesse Freja. La déesse, qui montait à cheval, était considérée par les mortels comme le rayonnement des aurores boréales.

Comment prendre des photos d’aurores boréales en Islande

Observer et photographier une aurore boréale est une tâche compliquée, car il faut garder à l’esprit que l’on est à la merci des conditions naturelles. La nuit peut être nuageuse, la lune peut être pleine ou l’activité solaire peut être inexistante. La pollution lumineuse de la ville est également un facteur à prendre en compte. La lumière des aurores est plus faible que celle des étoiles, donc s’il n’y a pas d’étoiles visibles, il est difficile de voir les aurores.

Étant donné le temps d’exposition élevé nécessaire pour capturer la lumière aurorale, l’utilisation d’appareils photo avec une ouverture et un temps d’exposition sélectionnés est nécessaire, et l’utilisation de trépieds est recommandée. Avec la gamme actuelle d’appareils photo numériques, il est assez facile d’obtenir de bons résultats, même s’il est toujours plus probable de les obtenir avec un meilleur équipement. Nous recommandons de régler une sensibilité allant jusqu’à 400 ISO, car au-delà de cette valeur, les photos ont tendance à être très bruyantes. Il est préférable d’utiliser des valeurs ISO faibles et des valeurs d’exposition élevées (10 à 30 s).

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *