Blog Voyage Scandinavie > Islande > La Péninsule de Snaefellsnes

La Péninsule de Snaefellsnes

Snaefellsnes Islande

La péninsule de Snæfellsnes est l’une des régions les plus visitées d’Islande. Quelque chose de normal si l’on pense que Snaefellsnes est une sorte de condensé de ce qu’est toute l’île. Vous y trouverez des volcans, des fjords, des cratères, des glaciers, des champs de lave, des plaines désolées et des petits villages animés. On y trouve certaines des photos les plus célèbres de l’Islande. Comme elles ne sont pas trop éloignées, Ólafsvík, Grundarfjörður ou Sttykishólmur ne sont qu’à environ 200 km de Reykjavik (environ 3 heures de route) et comme elles ne sont pas trop grandes, la péninsule de Snaefellsnes est l’une des destinations obligatoires pour un voyage de 7 ou 8 jours en Islande, et bien sûr si nous avons plus de temps et que nous choisissons de faire le périphérique.

Snaefellsnes : un résumé de l’Islande

Depuis Reykjavik et même depuis Keflavik et la péninsule de Reykjanes, nous pouvons voir la pointe de la péninsule de Snaefellsnes, et son point le plus célèbre, le volcan Snaefellsnesjökull. La péninsule de Snaefellsnes se situe au nord de la capitale, à 120 km en ligne droite, visible sans problème depuis Reykjavík puisque le temps est clair et dégagé. Lavé par le fjord Breiðafjörður au nord et le golfe Faxaflói au sud, Snaefellsnes s’étend de la région de Borganes et Budardalur jusqu’à l’extrémité occidentale où se trouve le volcan Snæfellsjökull. Le volcan endormi qui était la porte d’entrée au centre de la terre dans le roman éponyme de Jules Verne. Le volcan, qui mesure 1446 mètres, est en sommeil et bien sûr vous ne pouvez pas y entrer car il y a un glacier au-dessus. La partie occidentale de la péninsule est l’un des trois parcs nationaux d’Islande.

En Islande, la nature passe toujours en premier.

En laissant derrière nous Borganes, un endroit idéal pour faire le plein d’essence et aller au supermarché, nous avons laissé le dernier souvenir de la capitale de Reykjavik. Snaefellsnes est un territoire peu peuplé où la nature passe toujours en premier. Dans le passé, la région était difficile d’accès, surtout lorsqu’une excursion en bateau était impossible. En fait, la première route pour les véhicules a été construite en 1963 et la route actuelle, dans un état discutable car tout en Islande date de 1983. Ces dernières années, les touristes sont devenus plus présents, mais le manque d’installations hôtelières (qui se réduisent aux deux ou trois principaux villages), fait que beaucoup de gens ne passent qu’une journée à Snaefellsnes. Nous recommandons au moins deux ou trois jours car il y a beaucoup à voir et à faire. La meilleure façon d’y parvenir est de louer un camping-car ou un caravane et de passer la nuit dans les campings et les lieux autorisés.

En venant du sud sur la route 54, nous ne trouvons pas de cratère miniature, le cratère Eldborg, l’un des plus parfaits de la région. La côte sud ressemble beaucoup aux plaines côtières islandaises. Un littoral bas s’étend entre la mer et la chaîne de montagnes qui limite le paysage. Les plages abondent, généralement en pierre, mais certaines d’entre elles sont presque en sable noir. La mer est traître et sauvage, mais de nombreux oiseaux et animaux marins s’en approchent. Selon les dates, vous pouvez voir des cétacés, des phoques et d’autres mammifères marins, ainsi qu’une grande variété d’oiseaux.

Dans certaines régions, la plaine est recouverte de coulées de lave solidifiée, parfois de bandes de limon et de scories provenant d’inondations et de glissements de terrain. Sur les anciennes rivières de lave, la mousse a germé et des églises perdues se dressent au bout d’un chariot perdu. D’autres fois, il y a quelques fermes, mais la région n’est pas très peuplée. Il faut aller à Arnarstapi pour voir les maisons. Mais c’est encore la nature qui domine avec ses falaises inondées d’oiseaux. La couleur noire de la roche volcanique qui forme les organes, les ponts, les arcs et les cavités est mélangée au blanc du guano d’oiseau. Presque sous le Snæfellsjökull, l’homme devient petit et le monde devient grand.

Le parc de Snæfellsjökull ne fait qu’accentuer cette impression, plus de coulée, plus de cratères et d’immensité sans aucune construction.

La zone nord est plus peuplée, vous y trouverez de charmants villages sur une côte plus isolée et protégée. Les zones adaptées aux ports comme Hellisandur, Ólafsvík, Grundarfjörður ou Stykkishólmur, sont les endroits parfaits pour passer la nuit. Sans s’échapper dans la nature, bien sûr, car les montagnes, les baies et les fjords sont beaucoup plus brutaux et impressionnants que dans la zone sud.

Parc national de Snæfellsjökull

Le volcan Snæfellsjökull est le centre du parc national, un stratovolcan recouvert d’un glacier, quantum de légendes et de mythes, et en somme presque un des endroits naturels les plus spectaculaires d’Islande. La montagne enneigée, comme ce serait la traduction du nom, ne montre que deux petits cônes noirs, en fait le bord de la caldeira qui se trouve au sommet. L’un des points les plus intéressants à voir, tant le volcan Snæfellsjökull que la plaine qui forme la pointe occidentale de la péninsule, est peut-être l’endroit le plus spectaculaire : un petit cône volcanique, le Saxholar, situé à côté de la route 574 qui entoure le Snæfellsjökull. Une passerelle métallique embrasse ce petit volcan qui peut nous aider à imaginer à quoi ressemble Snæfellsjökull là-haut. Les dernières éruptions ont eu lieu il y a 4000 ans et les dernières 1700 ans, on peut donc dire que Snæfellsjökull dort profondément… pour l’instant. Champs de lave, paysages lunaires où seule la mousse verte phosphorescente nous rappelle que nous sommes sur Terre, roches et bombes volcaniques jetées, composent un panorama qui, si nous sommes seuls, nous emmène loin, dans d’autres dimensions et rêves.

Les points à visiter sont le phare de Malarrif et les falaises fantasques à l’est et le cratère saxholar mentionné plus haut.

On dit qu’il rappelle le Mont Fuji, car ce sont tous deux des stratovolcans, mais en Islande, le calme et le sens du Zen du Japon n’existent pas. L’Islande est brutale et désolée, car l’aridité et l’impolitesse de ses habitants font son mystère et son charme. Pensez plutôt aux terres de désolation avec lesquelles H.P.Lovecraft a imaginé l’Antarctique. C’est peut-être pour cette raison, plutôt en raison de l’isolement et des difficultés économiques séculaires de cette région, que de nombreuses légendes ont été ancrées dans le paysage. Les légendes ont laissé place au mysticisme et à l’ésotérisme de plus en plus ridicules de notre époque, attribuant “puissance” et “énergie” à la fois au volcan et à certains de ses sites les plus célèbres.

Les villages de Snæfellsnes.

Le contraste est incroyable alors que nous passons de la désolation à la chaleur, du sombre abîme, de la brutalité d’une nature non humanisée à de petits bassins d’humanité, où tous les conforts sont à notre portée. À commencer par les piscines d’eau chaude que chaque village possède, par exemple Ólafsvík, Grundarfjörður ou Stykkishólmur. Bien sûr, les villages sont petits, très petits et pas très animés pour nous, mais il y a des banques, des petits supermarchés, des hôtels, quelques bars, les indispensables stations d’essence et quelques petits magasins. Bien sûr, la nature ne cesse d’être liée à nous, nous ne la perdons jamais de vue, les êtres humains sont petits à Snæfellsnes. Un exemple est le Mont Kirkjufell, toujours présent, à Snæfellsnes. Ce n’est qu’un échantillon, car à Olafsvik, ce sont les falaises et l’arrière du Snæfellsjökull ou à Stykkishólmur son port fait d’un bloc volcanique ou la myriade d’îles et d’îlots qui inondent l’immense fjord d’où partent les ferries vers la terre du Vestfjord, les fjords de l’Ouest.

Arnarstapi

Arnarstapi, est un petit port situé au sud de la péninsule, juste avant l’entrée du parc national. Elle se distingue par ses falaises volcaniques et ses îlots, remplis d’oiseaux divers, selon la saison. Le village est très petit, bien qu’il dispose d’un bar-restaurant. La sculpture de Bardur Snaefellsas de Ragnar Kjartansson se distingue. Il est également possible de faire une randonnée à travers les champs de lave jusqu’à Budir.

Ólafsvík

Ólafsvík est l’un des villages les plus grands et les mieux desservis. Il est situé au nord de la péninsule. Il dispose de toilettes, de bancs, d’un camping et de magnifiques piscines, juste à côté de l’église de style contemporain qui est l’un des points de repère de la ville. Il a un port assez actif.

Grundarfjörður

Grundarfjörður, célèbre pour le mont Kirkjufell qui est devenu l’un des symboles de l’Islande. Des vues magnifiques sur la montagne, une chute d’eau et la possibilité de faire des randonnées le long de la côte.

Stykkishólmur

Stykkishólmur, un des plus beaux villages d’Islande, sans aucun doute. Après avoir quitté l’autoroute 54, nous sommes partis vers le nord à la recherche de ce port coquet et coloré. Plusieurs beaux bâtiments en bois, un bar et tous les services que l’on peut trouver en Islande rendent l’endroit très touristique. Il y a quelques chambres d’hôtes et un camping. De là, les ferries partent vers le sud des Fjords de l’Ouest. Voir le lever du soleil sur le fjord est une expérience unique.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *